Commerces & Centre-ville   06/09/2017   Julie   5 min   Accueil blog

La vacance commerciale, un phénomène qui prend de l’ampleur

Le sujet de la vacance commerciale est de plus en plus fréquemment abordé. Focus sur ce phénomène qui prend de l’ampleur en France.

Vous l’aurez sûrement remarqué autour de vous en vous promenant ou en faisant des courses, dans certaines villes de plus en plus de magasins ferment leurs portes et les centres-villes se vident au fil du temps. Ce phénomène des locaux commerciaux vides et qui ne retrouvent pas de preneur pour leur location est appelé vacance commerciale.

Aujourd’hui, le taux de vacance commerciale en France est de presque 10% (Procos, 2016). En outre, un commerce sur trois ferme ses portes avant d’atteindre trois ans d’activité. Encore plus effarant, 50% des magasins ferment avant cinq ans d’activité ! Ces chiffres donnent à réfléchir …

Quel est le constat dans les villes françaises ?

En France, de nombreuses villes sont concernées par ce phénomène qui perdure dans le temps. En effet, d’après un rapport publié par le Sénat en juillet 2017, le taux de vacance commerciale en France était de 6,1% en 2001, puis 7,8% en 2012 et en 2015, le taux a dépassé les 10%.

Il s’agit principalement de villes qui comptent entre 10 000 et 100 000 habitants. Dans certaines villes, le taux de vacances atteint des records. Par exemple, les villes de Calais, Avignon, Saint-Nazaire ou encore Nevers connaissent un taux de vacances de 15% ! Ces taux de vacance vont souvent de pair avec des locaux laissés à l’abandon et des vitrines taguées, ce qui contribue fortement à la perte de dynamisme des villes en question.

Comment expliquer la vacance commerciale ?

D’après un rapport publié en octobre 2016 par l’Inspection Générale des Finances et le Conseil Général du Développement Durable, on apprend que trois facteurs principaux peuvent être donnés pour expliquer la vacance commerciale et son expansion.

Tout d’abord, un tissu socio-économique fragile est défavorable à l’activité commerciale d’une ville. En effet, un pouvoir d’achat peu élevé va freiner la demande et donc la consommation.

Ensuite, les zones commerciales installées en périphérie des grandes villes représentent une concurrence de taille pour les centres-villes et attirent un grand nombre de consommateurs pour de multiples raisons telles que la diversité et complémentarité de l’offre commerciale, le stationnement gratuit ou encore des horaires plus adaptés aux besoins des clients.

Enfin, la fuite des services du quotidien incite également les consommateurs à préférer d’autres lieux de consommation en dépit des centres-villes. Par exemple, si la boulangerie d’une commune vient à fermer, on peut fortement imaginer que les clients qui se déplaceront autre part pour acheter leur pain se rendront dans les commerces ou services situés au même endroit pour le reste de leurs achats.

Ces éléments réunis participent à l’augmentation de la vacance commerciale car ils entraînent les consommateurs vers d’autres zones commerciales répondant de façon plus adaptée que les centres-villes à leurs besoins.

Que faire face à la vacance commerciale ?

Néanmoins, aujourd’hui, les citoyens et consommateurs ont le souhait de voir leur centre-ville redynamisé et de voir des commerces de proximité s’y installer à nouveau. En effet, seulement 32% des Français jugent que leur coeur de ville est dynamique et neuf sondés sur dix ont le sentiment que la modernisation du centre-ville devrait être un objectif important pour les maires (Institut CSA, juin 2017). La lutte contre la vacance commerciale a démarré !

Par ailleurs, certaines villes comme Lyon, Saint-Malo, Strasbourg, Toulouse ou encore Biarritz sont parvenues à conserver un taux de vacance inférieur à 5% entre 2001 et 2015. Ainsi, des solutions existent donc pour contrer, ou en tous cas limiter ce phénomène.

Alors que faire pour palier ce phénomène qui, comme nous l’avons vu, prend de plus en plus d’ampleur ? Cette problématique est de plus en plus au cœur de la réflexion menée par les collectivités locales et les promoteurs immobiliers dans la conception ou la rénovation de nouveaux projets urbains pour qui la reconquête des centres-villes devient progressivement une priorité. De nombreuses solutions se mettent en place pour lutter contre la vacance commerciale, notamment certaines permettant de penser nos centres-villes avec ceux qui les vivent au quotidien : les habitants !

 Tout cela est bon signe pour le dynamisme de nos centres-villes !

Pourquoi écrire le premier article du blog sur ce sujet nous demanderez-vous ? Eh bien, parce que c’est en constatant l’ampleur croissante de ce phénomène que l’idée est venue de créer MADEINVOTE, avec le but d’impliquer les citoyens pour co-construire les centres-villes. Mais vous en découvrirez plus sur la création et l’évolution de MADEINVOTE dans l’article suivant !

Copyright 2018 MADEINVOTE | Tous droits réservés - Mentions légales | bonjour@madeinvote.com 
Loading...
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?