Dynamisation des centres-villes   25/09/2017   Julie   6 min    Accueil blog

Les Jeux Olympiques : quels impacts sur les villes hôtes ?

Ça y est, c’est officiel, Paris accueillera les Jeux Olympiques en 2024 ! Les préparatifs sont d’ores et déjà en cours pour assurer une belle célébration du sport dans la capitale. Question que  l’on est en droit de se poser suite à cette annonce : quels sont les impacts de l’organisation des JO pour les villes hôtes ?

C’est indéniable, organiser les Jeux Olympiques représente un budget considérable pour le pays organisateur. Ainsi, pour Paris 2024, le budget prévisionnel est de 6,6 milliards d’euros. Une des craintes des détracteurs des JO est que ce budget annoncé soit dépassé comme ce fût le cas lors des JO de 2012 organisés à Londres.

A cela, s’ajoutent les nuisances causées par les travaux. En effet, de nombreux riverains vont devoir supporter les nuisances que les travaux de construction ou de rénovation vont créer dans les mois et années à venir.

Mais concrètement, quel peut être l’impact des JO sur nos villes ?

Cependant, bien que les éléments précédemment cités soient totalement recevables, n’oublions pas que les JO peuvent aussi être source de dynamisme et de croissance économique pour le pays hôte.

En effet, le besoin de construire de nouveaux complexes sportifs et des structures visant à accueillir les sportifs entraînent la création d’emplois dans les secteurs du bâtiment et de l’entretien de ces structures.

Par ailleurs, d’autres secteurs profitent également du dynamisme impulsé par les JO tels que le tourisme avec des pics d’activité pour l’hôtellerie, la restauration et les activités mises en place pour accueillir et divertir les touristes venant assister aux JO. Les JO attirent un nombre conséquent de touristes qui se pressent pour venir assister aux différentes épreuves et soutenir leurs athlètes. Ainsi, lors des JO de 2012, la capitale britannique a accueilli plus de deux millions de visiteurs.

Enfin, dans les villes où seront organisées les compétitions, il est courant que les services de transports soient améliorés ou rénovés en partie. Ainsi, l’organisation des JO bénéficient aux villes hôtes à différents niveaux.

Quelle est la stratégie de la délégation française quant à l’organisation de ces JO ? 

Malgré ces impacts positifs sur l’économie des villes hôtes, une problématique demeure : quelle seconde vie donner aux infrastructures utilisées pour les compétitions ?  Comment éviter que ces structures ne se transforment en « éléphants blancs », c’est-à-dire qu’elles soient laissées à l’abandon ?

Le comité d’organisation souhaite suivre l’exemple de Londres, qui a réussi à reconvertir les infrastructures qui ont été construites pour les JO de 2012 et de leur offrir une seconde vie, une fois la flamme olympique éteinte. Par exemple, le village olympique abrite désormais 2 800 logements, dont 700 logements sociaux. Par ailleurs, le quartier a été réaménagé avec des parcs, des espaces de jeux pour les enfants et de rencontres pour les habitants.

Dans le même esprit, l’Aquatic Center qui accueillait les épreuves de natation a été transformée en piscine municipale, ouverte à tous les londoniens. De son côté, le stade olympique a été racheté par le club de football West Ham, qui y organise désormais ses matchs.

La délégation en charge des JO de Paris 2024 a d’ores et déjà exposé sa stratégie pour répondre à cette question et préparer la reconversion des infrastructures sur le modèle londonien.

Tout d’abord, on apprend que 70% des structures qui accueilleront les épreuves sont déjà existantes. En effet, des lieux emblématiques de la capitale serviront de décors aux épreuves sportives. Par exemple, le Champs de Mars accueillera le beach volley, l’Esplanade des Invalides le tir à l’arc, le Grand Palais l’escrime et le Château de Versailles le cyclisme sur route.

La carte ci-dessous indique où auront lieu les épreuves sportives dans la capitale.

Crédits photo : VL/PLD, JM.CORNU/V.LEFAI/S.RAMIS / AFP

En outre, 25% des structures seront temporaires. Seuls deux nouveaux complexes sportifs doivent être construits d’ici 2024 : un nouveau centre aquatique à côté du Stade de France et la Bercy Arena II.

Concernant les structures temporaires, le site du Bourget sera particulièrement sollicité avec l’installation de deux pavillons, où se dérouleront les épreuves de badminton et de volley-ball ainsi qu’un stand de tir qui viendra compléter les installations. Ces installations seront temporaires étant donné qu’aucun besoin n’a été identifié à leur sujet une fois les jeux terminés.

Enfin, le Village Olympique, situé à Saint-Denis au nord de Paris, sera converti en logements à la fin des JO. En effet, le Village Olympique sera converti en un quartier durable comprenant plus de 2 200 logements familiaux et deux hôtels. La commission olympique de Paris 2024 explique que les plans de développement du village olympique tiennent déjà compte des besoins des futurs logements afin de garantir et d’optimiser cette reconversion au maximum.

Par ailleurs, le comité d’organisation des JO souhaite que les citoyens puissent s’exprimer et co-construire le projet Paris 2024. Durant la candidature de Paris, les citoyens ont eu la possibilité de proposer des idées au comité. Après étude, les projets retenus seront intégrés au projet des JO Paris 2024. Le but de cette démarche est d’impliquer les citoyens dans la démarche et de faire des ces JO les JO de tous.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur l’organisation des JO 2024 à Paris sur le site du projet juste ici 🙂

Et vous, avez-vous des idées pour l’organisation des Jeux Olympiques à Paris en 2024 ?

Quel sont les critères les plus importants dans le choix de votre quartier ?

View Results

Loading ... Loading ...

Copyright 2018 MADEINVOTE | Tous droits réservés - Mentions légales | bonjour@madeinvote.com 
Loading...
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?