Dynamisation des centres-villes   20/10/2017   Julie   4 min    Accueil blog

Smart city : quelles perspectives d’évolution ?

Comme nous vous l’expliquions dans notre article précédent, le phénomène des smart cities s’étend de plus en plus à travers le monde. Certains pays dont le développement économique est non-négligeable et qui se voient donc en capacité et/ou besoin de créer de nouveaux espaces de vie, ont exprimé leur volonté que ces nouvelles villes soient pensées et développées en tant que smart cities dès le départ. Cela signifie que les bâtiments, les réseaux électriques ou encore les réseaux de transport sont pensés « smart » pour pouvoir appliquer les démarches d’optimisation et d’utilisation facilitée dès leur mise en marche.

L’ONU estime que d’ici 2030, deux personnes sur trois vivront en ville. Il est donc important d’inscrire le développement de nouvelles villes ainsi que l’expansion des villes actuelles dans la démarche des smart cities.

Mais cela n’est pas suffisant pour que les villes du futur soient bel et bien intelligentes. Il est en effet très important que le citoyen demeure au cœur de la réflexion et de la mise en place des différents projets, notamment car la donnée qui est l’ADN de la smart city est le reflet des citoyens et de leurs comportements. En effet, si les citoyens et usagers de la ville ne s’approprient pas pleinement les services et initiatives qui leur sont proposés, la démarche de la smart city ne remplira pas les objectifs qu’elle s’est fixés.

Aujourd’hui, dans le but d’inclure le citoyen au tout départ de la démarche, certaines villes ont fait le choix de récolter une partie des données directement auprès des citoyens. Ce mode de récolte de la donnée via un processus de concertation place le citoyen au cœur de la démarche. Ce qui n’est pas toujours le cas dans un processus de récolte de données en big data. Dans ce cas-là, les données sont obtenues sans que le citoyen ne s’en rende pleinement compte (lors de l’analyse de flux ou de trajets par exemple).

Pour s’inscrire dans une démarche de co-construction et de concertation, plusieurs villes comme Vienne ou Paris ont lancé des campagnes de consultation des citoyens pour récolter des données mais aussi des idées, à inclure dans leurs différents projets d’aménagement. Par exemple, la ville de Paris a mis en place un budget participatif. Cette initiative invitait les usagers à proposer des projets pour leur quartier. On vous en dit plus sur le sujet dans notre article sur les initiatives citoyennes juste ici. J

Les citoyens, à la fois source de données et accélérateur d’innovations pour les smart cities

En outre, les villes intelligentes doivent veiller à ce que les données collectées – en big data ou via la participation des citoyens – soit utilisée dans une optique de service du citoyen. Ainsi, cette collecte de données ne doit pas être intrusive et respecter des politiques de confidentialité précise, qui assure la sécurité des citoyens. Un des risques portés par les smart cities est en effet lié à la sécurisation de la donnée récoltée. L’usager qui transmet de la donnée reste propriétaire de cette donnée, les règles en termes de droit des individus sont très claires sur le sujet. La question se pose davantage pour les données émises par les prestataires qui travaillent en partenariat avec une ville. Pour garantir une utilisation raisonnée et optimisée de la donnée, les questions de propriété et de sécurité doivent être précisément étudiées par les villes et leurs prestataires pour éviter tout conflit ou crispation.

Enfin, en plus d’offrir l’accès aux data, la ville doit se porter garante de la bonne cohésion entre les différents acteurs qui utilisent ces données afin d’assurer que ces dernières et les activités qu’elles génèrent soient au service des citoyens.

Jean-Louis Missika, adjoint en charge de l’urbanisme à la mairie de Paris, a exprimé la volonté de la capitale française de donner une place importante aux citoyens dans la construction du futur Paris. En effet, l’adjoint d’Anne Hidalgo évoque des projets « massivement citoyens (La Tribune, 2015) à mettre en place à Paris dans les années à venir. On retrouve cette pratique dans l’organisation des JO, dont nous vous parlions il y a quelques temps.

Quelles sont les perspectives d’évolution des smart cities ?

Comme il l’était évoqué plus haut, la population urbaine va continuer à croitre de façon importante dans les années à venir puisque d’ici 2030, deux tiers de la population mondiale habitera en ville. La création de villes intelligentes, numériques, créatives, collaboratives et contributives représente donc un réel challenge pour les décideurs.

Mais cela est également le cas pour les citoyens étant donné qu’ils fournissent de la donnée et des idées pour la co-construction de ces villes ! S’impliquer dans l’aménagement de son environnement permet également aux citoyens de faire en sorte de s’approprier les différentes solutions qui leur sont proposées plus facilement et de maîtriser la donnée qu’il partage.

Et vous, comment concevez-vous la ville de demain ? Sur quels sujets en particulier aimeriez-vous être consultés ?

Copyright 2018 MADEINVOTE | Tous droits réservés - Mentions légales | bonjour@madeinvote.com 
Loading...
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?